Le potentiel constructible d’un terrain à vendre

L’intérêt d’un promoteur pour un terrain, ou une maison et son terrain, ne se limite pas à sa configuration initiale. Avant de se lancer dans des discussions, il est important d’appréhender la notion de potentiel constructible.

La véritable valeur du bien

L’étude du potentiel constructible revient à définir avec précision le prix des droits à construire. Ce dernier dépend notamment du Plan Local d’Urbanisme (PLU), disponible par le biais de la mairie. 

Dans la perspective d’une future construction, rien n’est laissé au hasard. L’architecture, la hauteur du bâtiment, les stationnements, les accès, les espaces verts, la thermique, l’acoustique, l’accessibilité, etc. dépendent des réglementations. De surcroît, les coûts de construction fluctuent et dépendent de nombreux paramètres liés aux matériaux, matériel et main-d’œuvre. Il paraît dès lors très difficile de se faire une idée du budget nécessaire pour réaliser le projet optimal sans recourir à l’aide d’un professionnel maîtrisant toutes les données. Ces éléments sont la clé des négociations avec les promoteurs, dont l’offre dépend des revenus qu’ils pensent pouvoir tirer de l’opération.

Les clauses suspensives

Compte tenu des risques liés à l’obtention du permis de construire, les promoteurs disposent d’un délai plus important, avant la signature de l’acte authentique. L’étude, le dépôt et la purge de tout recours du permis peuvent nécessiter entre 9 et 12 mois. En conséquence, les promoteurs sont particulièrement regardants sur les clauses suspensives, lesquelles peuvent leur permettre de quitter la transaction, avec ou sans indemnité d’immobilisation. Connaître parfaitement le potentiel de son terrain permet d’éviter de nombreux pièges et de rester en position de force, lors des négociations, mais cela peut ne pas suffire. Il s’agit aussi de maîtriser l’aspect juridique pour ne pas perdre de temps ou d’argent.

La vente d’un terrain à un promoteur est considérée comme très technique et il est imprudent de s’y lancer sans avoir de solides connaissances dans l’immobilier, le droit et la construction. L’aide d’un professionnel peut permettre d’éviter les couacs et de dormir sur ses deux oreilles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 + huit =